Dans les tourmentes de la Révolution

Si la Bastille est ancrée dans la mémoire collective, c’est que son nom est associé au début de la Révolution française. Mais pourquoi les Français ont-ils pris la Bastille, le 14 juillet 1789 ?  

Prise de la Bastille (14 juillet 1789), estampe. Éditeur : Fabrique de Pellerin, imprimeur-libraire, à Epinal, 1839. Source : Gallica.

À la recherche de poudre à canon

En juillet 1789, le peuple de Paris est déjà depuis plusieurs semaines en proie à l’agitation. Pour rétablir l’ordre, le roi envoie à Paris des troupes. Les Parisiens, observant les forces armées se masser autour de la ville, se décident à prendre les armes. Le matin du 14 Juillet, la foule prend d’assaut les Invalides, où sont entreposés de nombreux fusils. Mais si les armes sont là, il manque la poudre.

 

Or, de la poudre, il y en a à la Bastille : la vieille forteresse, promise à la démolition, fait alors à la fois office de prison et d’arsenal. Une délégation vient négocier la remise de ces munitions au peuple. La foule, amassée devant les remparts de la Bastille, craint que les canons ne lui tirent dessus. La situation dégénère et l’assaut de la forteresse est donné dans l’après-midi par la foule, à laquelle se joint une partie des soldats censés défendre l’édifice. 

Un des cachots de la Bastille fait sur les lieux lors de la prise de cette affreuse prison, 1789, détail. Source : Gallica. 

Un symbole de l’absolutisme royal

La prise de la Bastille est d’autant plus importante que c’est, par son passé de prison d’État, un symbole de l’arbitraire royal. Cependant, depuis le début du règne de Louis XVI, la forteresse n’accueille plus beaucoup de détenus. En ce mois de juillet 1789, ils ne sont que sept prisonniers, que la foule libère dans l’euphorie. La plupart d’entre eux regagneront bien vite l’ombre des geôles. 

 

La prise de la forteresse est une victoire sur la monarchie absolue : pour qu’elle soit complète, la Bastille doit être détruite. Dès le 15 juillet, un entrepreneur en travaux, Palloy, rassemble des hommes pour effectuer cette tâche. De nombreux débris du bâtiment sont transformés en souvenirs commémoratifs : on vend des morceaux de la Bastille, des maquettes sculptées dans ses pierres, des médailles fondues dans ses chaînes… 

 

Roger L., Vue de la grande façade de la Bastille du côté de l'Arsenal : prise au moment de la démolition. Source : Gallica.

Vue de la décoration et illumination faite sur le terrein de la Bastille pour le jour de la fête de la Conféderation française le 14 Juillet 1790. Source : Gallica.

Une commémoration

Le 14 juillet 1790, on dresse des structures provisoires sur les fondations arasées : des gravures témoignent de ce premier anniversaire de la place de la Bastille. 

 

À ce lieu emblématique des événements de 1789, il faut un monument commémoratif. Dès 1789, les projets affluent : l’idée d'une colonne revient plusieurs fois, encore couronnée de la figure du Roi. C’est finalement une fontaine que l’on érige en 1793 : la Fontaine de la Régénérence nationale

 

> Découvrez comment un éléphant s'est retrouvé sur la place de la Bastille

Paris, colonne de Juillet, 1968 © Jean Feuillie / Centre des monuments nationaux